Blog politiquement incorrect !

Blog politiquement incorrect !

Macron et son Grand Bazar ! (2)

 

Macron en pleine tempête ?

 

Incontrôlables, violents, intouchables ?

 

Les 7 racailles de l’Elysée :

 

Source [Valeurs actuelles] Yassine Belattar, M’jid El Guerrab… Et maintenant Alexandre Benalla. La liste des proches d'Emmanuel Macron cités au registre des faits divers s’allonge dangereusement.

 

Il fallait écouter Emmanuel Macron déclamer sur l’exemplarité en politique au cours de la campagne présidentielle. « Comment peut-on incarner l’Etat, l’autorité, donner des leçons à tout le monde, en expliquant ce qu’ils devraient être, ce qu’ils n’ont pas fait, ce qu’ils auraient mieux fait quand même, parfois même dans le mépris de nos concitoyens », demandait ainsi l’ancien conseiller à l'Elysée puis ministre du budget de Hollande, en visant ses rivaux de droite dont Nicolas Sarkozy, dans son premier grand discours prononcé depuis son départ du gouvernement, et d'ajouter : « et envisager qu’en s’étant rendu coupable de telles fautes, on peut accepter dans nos pratiques, de continuer d’aller devant les Français, de leur dire qu’on sera le garant de nos règles, qu’on représentera le pays. Ce n’est plus possible ! »

 

Depuis, le candidat En Marche, Emmanuel Macron élu (par défaut) au sommet du pouvoir et visiblement frappé d’amnésie, a pourtant multiplié les bandes de « barbouzes » dans son entourage.

 

Dans la Cour des 7 racailles du Roi Emmanuel Macron, il est désormais inutile de présenter Alexandre Benalla, au cœur du scandale depuis que Le Monde a révélé, mercredi, vidéo à l’appui, que ce « chargé de mission » à l’Elysée, équipé d’un casque noir à visière des forces de l’ordre et brassard orange de la police, a molesté une femme, puis tabassé un homme à terre lors d’une manifestation, à Paris, le 1er mai dernier, avant de s’éclipser par peur d’être identifié.

 

A l’époque, ce proche collaborateur d'Emmanuel Macron (ils ont skié ensemble dans les Pyrénées, en décembre), en fait chargé de sa sécurité mais en congé ce jour-là (!), avait été suspendu deux semaines, puis recasé au Château… sur décision du chef de l’Etat. En douce. Dans le feutré. Ni vu, ni connu.

 

Par le passé, le garde du corps avait déjà agressé un journaliste et un militant communiste, menacé un commissaire de police et même provoqué un accident de voiture avant de tenter de s’enfuir. L’adjoint au chef de cabinet du président (c’est son titre !) était pourtant chargé, il y a encore quelques jours, d’organiser… les vacances du couple Macron au fort de Brégançon.

 

Au moment du passage à tabac, le voyou présidentiel était accompagné d’un autre homme, Vincent Crase, employé de La République en marche et parfois mobilisé par l’Elysée, qui lui a infligé la même sanction dérisoire avant de mettre fin à leur collaboration.

 

Son acolyte est toujours aujourd’hui salarié du parti de la majorité.

 

Encore présent dans le bus des Bleus, lors de la parade sur les Champs-Élysées, Alexandre Benalla « n’a tapé personne », a ironisé le président de la FFF Noël Le Graët.

 

Plus drôle encore, Le toutou d'Emmanuel Macron, porte-parole de la présidence, Bruno Roger Petit a fini, après de longues heures de silence, par assurer sans rire, ce jeudi matin, que « cette sanction est la plus grave jamais prise contre un chargé de mission travaillant à l’Elysée ».

 

Pas de quoi convaincre le parquet de Paris, qui a ouvert ce jour une enquête préliminaire des chefs de violences par personne chargée d’une mission de service public, usurpation de fonctions et usurpation de signes réservés à l’autorité publique.

 

De même qu'une commission parlementaire va se mettre en branle pour faire toute la lumière sur les évènements et une éventuelle police parallèle et occulte aux ordres directs du Roi Emmanuel Macron.

 

Dans le gang des gros bras, Emmanuel Macron a aussi compté dans son entourage un certain Makao, passé des ors de la République au canapé de… Jawad Bendaoud, hébergeur des terroristes du 13 Novembre.

 

Dans une vidéo, diffusée sur Snapchat, en juin, le colosse de 2,13 mètres joue au jeu vidéo FIFA avec « le logeur de Daech ». Ce garde du corps, qui escortait l’impétrant d’En Marche, était même invité à l’Elysée et posait tout sourire avec son « chef », deux jours… avant la soirée pyjama.

 

Une proximité inquiétante que l'Elysée a toujours refusé de commenter.

 

La sécurité des Français est une affaire trop sérieuse pour la confier à des barbouzes aux ordres du Roi soleil Emmanuel Macron et de son sénile ministre de l'intérieur Gérard Collomb.

 

La droite semble enfin se réveiller .......

 

Donc, affaire à suivre ...

 

Le 21 juillet 2018

 

Henri SENE



22/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres